Résidences —

Revenir au menu

Julien Parsy

Automne 2014

« Etre immergé dans son travail pendant plusieurs mois, est un privilège. La résidence au Domaine de Kerguéhennec, me permet de continuer mes recherches au contact de cet environnement unique, une nature puissante et onirique comme écrin à la manifestation artistique. Et même si mon travail ne s'aventure que très rarement sur le motif, les impressions paysagères et historiques du site influenceront la composition des tableaux peints à l'atelier de Kersusan ».

Matthieu Pilaud

De septembre à novembre 2014

« Pour cette résidence à Kerguéhennec, j'ai choisi d'investir un espace charnière, au carrefour de deux chemins, une petite clairière d'où s'élancent de grands arbres. J’envisage de réaliser une sculpture en bois avec un principe de suspension et un déplié de formes mimétiques. Les arbres seront les éléments constitutifs et soutenant, tantôt jalons, tantôt amers, ils participeront au développement de la forme et à sa faisabilité.
J'aime à penser que cette structure pourrait d'une certaine manière retracer les déambulations et les enchevêtrements de ces grands êtres, et leur déploiement ».  

http://www.matthieupilaud.com/

Voir Parc de sculptures

Bernard Peschet

De mi-août à mi-octobre 2014

"De longue date, mes visites d’expositions d’art, de sites patrimoniaux ou architecturaux sont accompagnées d’une activité de dessin.
Ces dessins, réalisés « au trait » et au stylo-bille noir s’inscrivent dans une sorte de tradition du dessin d’observation, sur des carnets que je fabrique moi-même à la taille d’une carte postale. Chaque page regroupe plusieurs dessins et les légendes des œuvres vues. L’ordre des visites conduit à une mise en page constamment négociée.
Le temps du dessin, face à l’œuvre observée ou à une partie de cette œuvre, permet d’établir une relation de familiarité, d’immédiateté, de proximité et une tentative de  compréhension des choix et des intentions de son auteur. Ces carnets sont comme des catalogues d’approche active de l’art, une mémoire de dialogue visuel face à l’art. L’invitation de pouvoir prolonger cette pratique en immersion au Domaine de Kerguéhennec est particulièrement stimulante. La durée de l’exercice, excédant très largement celle consacrée à une visite ordinaire, influera tant sur le regard que sur le dessin."

 

Roland Cognet

De mi-juillet à mi-août 2014

"En résidence au Domaine de Kerguéhennec, je travaille sur un projet de sculpture qui se dessine à partir d’un arbre abattu à la suite d’une forte tempête l’hiver dernier.
Cette bille de chêne aux dimensions très imposantes contient une mémoire du lieu et je souhaite l’utiliser dans un rapport sculptural et architectural avec le château et son mur d’enceinte.
J’entreprends aussi, pendant ce temps de résidence, une série de dessins en grands formats au fusain, en lien avec le végétal et mon travail de sculpture, profitant du contexte inédit de ce lieu, en poursuivant diverses autres recherches".

http://rolandcognet.fr/

Voir Parc de sculptures

 

 

 

Gabor Buda

De mai à mi-juillet 2014

Résidence dans le cadre du Programme Odyssée du réseau européen des Centres culturels de rencontre

"Abstraction and realism, photography and sculpture
four words which actually very important for me. 
I'm working with different medias, what I can describe with 
an abstract way of thinking
via photography, and a realistic idea of sculpture.
The photo is a way to sculpture, and a way to the abstraction from reality,
and sculpture is a way back to realism via abstraction.

Paraphrase of a 18th century representative portrait 
Is representing all written above; making abstract images, or images about sculpture;
and sculpture about images. The concept refers to the 18. century representative portrait tradition, with a twist in it: In the 18. century's representative busts made about rich or famous people. My models are random local people, so this might will be
the first time in the history that portraits about local citizens are placed in a representative way here in Chateau Kerguehennec".
20 mai 2014

 

Laurence De Leersnyder

De mi-avril à juin 2014

"Mon travail est souvent le fruit d’une rencontre fortuite qui s’opère dans l’intimité de l’atelier. Le point de départ se résume généralement à une simple envie de « faire ». Dès lors je manipule les matériaux autour de moi. J’expérimente, j’échoue, j’avance à tâtons. Jusqu’au moment où, au détour d’une manipulation, une relation inattendue se noue entre un geste et un matériau. La rencontre d’un geste avec un matériau, voilà le fondement de mon travail. Un face à face qui, dans le cadre de ma résidence au Domaine de Kerguéhennec, se verra troublé par une variable nouvelle, le lieu : une chapelle".

 

www.laurence-de-leersnyder.com

voir exposition été 2014

 

 

Jean-François Feuillant

De mars à avril 2014

"La première étape de mon travail a été de définir un lieu dans le parc. Situé au Sud, aux abords de la clairière, j’ai choisi cet endroit calme et reposant, ombragé et bercé par le bruit de l’eau. L’idée a été de créer une pièce in situ reproduisant à l’échelle 1/16 le plan de masse du château de Kerguéhennec, de l’écurie, de l’atelier de restauration et du bassin. Ces volumes redeviennent ainsi des modules que le public pourra s’approprier physiquement. Ils seront habillés symboliquement par les arbres tombés pendant la tempête de février et transformés pour l’occasion en lattes de parquet reprenant le motif dit « point de Hongrie » utilisé dans le château. Cette pièce ainsi conçue, sera surplombée par une horloge « comtoise » qui indiquera le temps. L’ensemble vieillira au rythme du balancier et du passage des visiteurs".

Voir exposition été 2014

Voir Parc de sculptures

Isabel Duperray

D'octobre à décembre 2013

"Je travaille depuis longtemps autour de la nature ; le paysage envisagé comme un potentiel plutôt que comme un genre. J’ai besoin d’arpenter, de comprendre un territoire pour élaborer des images ; trouver un fil, fruit d’une relation physique entre les lieux et mon désir de peindre. Ma perception s’appuie sur une relation émotive et charnelle qui se noue in situ et qu’un séjour prolongé dédié au travail, ne peut que favoriser. Les endroits ont une énorme importance pour moi et l’idée d’un flux continu entre mon lieu de travail et la nature m’est très chère. Le temps s’y déplie, s’y déploie et cette dilatation permet aux choses perçues de se construire et de s’élaborer.

Kerguéhennec me semble un lieu où je peux trouver ce que je recherche en quittant mon atelier et mon quotidien. Clos, propice à la recherche comme peut l’être un laboratoire à ciel ouvert il me permettra de mener mon travail en rêveuse active entre le parc et l’atelier. Je me souviens toujours des photos de Munch dans son atelier en plein air les pieds dans la neige et des notations minimales de Bonnard chaque jour dans son agenda sur l’état du ciel."
www.isabelduperray.com 

Exposition à L'Atelier/Galerie les Bains-Douches à Pontivy, du 18 décembre 2013 au 30 mars 2014
Voir expositions 2013

Iracema Barbosa

De juillet à septembre 2013

"Le travail que je propose pour cette résidence sera construit artisanalement (comme d’ailleurs tout mon travail précédent) et convoquera des savoir-faire assez anciens, tels que la couture et la broderie. D'autre part, le lieu spécifique proposé pour son exposition est la bibliothèque du château du Domaine de Kerguéhennec, entièrement lambrissée et chargée de détails artisanaux, qui se réfèrent à une tradition d'ébénisterie. Le travail proposé est réalisé en tissu (du coton et du tulle), et constitue une structure souple et flexible qui sera posée sur la table et la chaise de la bibliothèque.
Considérant l'absence des livres dans cette bibliothèque, ma proposition s'aventure au delà du dialogue entre les deux différents artisanats et matériaux (le bois et le tissu), et le travail est accompagné par l'écoute d'un enregistrement de fragments de textes littéraires, en français et en portugais. Enregistrement de 70 min, qui va être joué en boucle, à partir des enceintes placées à l'intérieur d'une des bibliothèques. Le son sera suffisamment fort pour être entendu et compris, et suffisamment bas, pour créer l'ambiance d'une bibliothèque. Cette idée de relier la couture, le brodé et la lecture est aussi liée à la constatation d'un rapport étroit entre la ligne et le discours, aspect étudié par différents auteurs".

Pendant la résidence, l'artiste se réserve des occasions de rencontre avec le public afin de discuter d'une façon assez informelle de toutes ces questions. Les mercredis, de 11h à 12h dans le château.

Résidence dans le cadre du programme Odyssée du réseau européen des Centres culturels de rencontre.

Voir exposition automne 2013

Wilson Trouvé

De juillet à septembre 2013

"Le travail que je compte développer durant ma résidence au Domaine de Kerguéhennec sera étroitement lié aux paysages du Morbihan, à la lumière changeante, aux points de vue et autres paramètres qui renouvellent et questionnent notre manière d’appréhender les espaces et les formes de la nature.
Je compte travailler à l’atelier et en extérieur ; poursuivre un travail à l’encre de Chine sur papier que je déchire et recompose ensuite, parallèlement à des interventions in-situ dans le Domaine de Kerguéhennec, à l’aide de surfaces réfléchissantes (miroir, plexi…) et d’autres matériaux qui me permettront de modifier notre perception des lieux et d’influer sur le regard et le comportement du public.
Dans le prolongement de mes interventions réalisées à l’occasion de l’Art dans les Chapelles en 2012, je compte également approfondir un travail réalisé avec des fragments d’ardoises peintes et brisées".

http://wilsontrouve.com