Julien Laforge

Julien Laforge

Juillet – septembre 2012

« L’observation du vivant est à l'origine du projet pour Kerguéhennec mais également l'observation des formes industrielles et technologiques qui exploitent ce vivant, celle de l'agriculture et de l'élevage. Le site du domaine est implanté dans un paysage agricole particulier, qui regroupe des activités d'élevage industriel, de grandes parcelles cultivées par la station expérimentale Arvalis et un ensemble de structures bâties (coopératives agricoles) Toutes ces activités ont façonné le paysage et lui confère un visage symptomatique de nouvelles manières de consommer et d'habiter. Le domaine et son château s'inscrivent au centre de cet environnement mais les limites restent poreuses. […] Les nouvelles formes d'agriculture questionnent activement le paysage et n'ont de cesse de remettre en question l'organisation et la composition des structures parcellaires. C'est dans cette remise en question du site et dans la proposition d'une malléabilité du paysage que se place ma proposition pour le parc. » Julien Laforge, juillet 2012

Voir exposition automne 2012

Voir Parc de sculptures