Catheryn Boch

Catheryn Boch

Novembre 2019 – Mars 2020

" Je trace à la machine à coudre des lignes qui percent le papier, j’envahis la surface de fils, je maltraite, je dissèque, je greffe, je confronte, je raccommode, je déborde toutes sortes d’écritures de territoires, de transcriptions d’espaces, de cartographies. Des cartes routières, des cartes maritimes, topographiques, géologiques, des atlas, des plans de ville, des photographies aériennes ou de presse. Je vois des résonnances entre le macrocosme des cartes et le microcosme du corps.

Dans un rapport physique avec la matière, entre les cartes et les proliférations de fils, émerge un environnement en pleine mutation.

Quelque chose de vivant-changeant-mouvant.
Une sorte de paysage-corps.

Je cherche des possibles dans ces mutations, quelque chose pourrait être… Peut-on transformer le monde avec un déjà-là ?

En engageant le potentiel des cartes, je fouille les mondes multiples que nous habitons et dans lesquels nous agissons. Nous sommes les habitants de ces lieux où ça devient. C’est le titre que je donne à mes recherches…

Comment habiter la diversité des mondes ? De quels mondes voudrions-nous être l’hôte ?

Un hôte à la fois habitant et abritant ; habitant et abritant en pensées, en rêves, en conscience, en utopies, en actions, en engagements… Comment le corps est noué à un certain monde, quelles relations un corps noue avec son environnement ? Est-ce qu’un lieu nous dit un corps ? " 

Cathryn Boch