Christophe Robe

Christophe Robe

Juillet, août 2019

Mon travail plastique pourrait s’énoncer comme la recherche, la découverte, - via les outils de la peinture et du dessin, et plus récemment la fabrication de micro sculptures - , de ma perception du monde. Sans peinture je suis en incapacité en quelque sorte à imaginer mon rapport au monde. En cécité.

En d’autres termes, quelle serait la représentation picturale possible de l'endroit, de l'espace mental et physique de ma relation au monde. Ou plus précisément, peut-être, comment rendre visible la trace mnésique de cet espace étrange entre moi et le monde, cet espace poreux, cette porosité même qui tisse inévitablement une relation faite d'imagination, de mémoire intime et culturelle, de frottement tant physique que mental avec ce et ceux qui m'entourent. 

C’est à ce projet, fait de peinture sans projet, que je suis fidèle.

Christophe Robe

Juillet 2019