Yann Esnault

Yann Esnault

Juillet – août 2018

Couleur

Comme virus, se propageant, contaminant le corps du papier,
Recherchant  un  lien organique entre le blanc du papier et la polychromie de  ses pigments.

Atelier

Interieur/Exterieur, intérieur, intérieur, intérieur…
Ce qui  libère le geste, tourner autour de la table.
Organisation des espaces pour une danse.

Paysage 

Lien évident entre la « pratique »  du paysage et la « pratique » de la peinture.

Parcourir la peinture comme on parcourt un paysage. 

Un paysage d’où je m’abstrais jusqu’à la peinture comme paysage.

Glaner

Ce que me permettent les bois, les pierres de rivière, glanés, le paysage glané intégré à l’atelier,  tout en m’imposant leurs contraintes, ne pas tout décider,
C’est leurs formes contraintes qui paradoxalement me donnent plus de liberté.

Gestes

Trouver une amplitude, dans le déplacement
La surface blanche.

Chaque peinture comme un nouveau chantier et continuité.
Fluidité verticale, horizontale, les nappes, la coulure.

Ne s’en interdire aucun.
L’inattendu.

Peinture

Ramassée et qui s’étend.

L’immersion, la sensation physique d’être dedans, à l’intérieur.
L’importance de la  peinture américaine.
La vase, la peinture dans le marais, eaux courantes, eaux stagnantes.
La rivière et l’étang.
La peinture comme miroir,  reflet et transparence du « paysage peinture ».
« En pleine peinture », comme en pleine mer.

Le projet de la résidence à Kerguéhennec était de peindre au fil de l’eau, imprégné de l’espace de l’atelier autant que de son environnement paysagé.