Exposition en cours —

Revenir au menu

#PRINTEMPS 2020

Du 15 mars au 24 mai 2020

Compte tenu des mesures de précaution liées au coronavirus et en application des directives gouvernementales, le Domaine de Kerguéhennec (parc, espaces d’exposition, château, café du parc) restera fermé jusqu’à nouvel ordre.

Nous vous remercions pour votre compréhension et vous tiendrons informés dès que possible de la réouverture et de la reprise de la programmation.

Découvrir les expositions de printemps

#1

A Kerguéhennec, les expositions de printemps auraient dû ouvrir dimanche dernier… La suite, vous la connaissez…

 

En attendant de pouvoir vous accueillir de nouveau au Domaine, nous l’espérons très prochainement, nous vous proposons de découvrir, pour patienter, les œuvres et les expositions, mais aussi le travail des artistes en amont, en atelier ou durant leur résidence au Domaine, à travers notre site internet et les réseaux sociaux.

 

Nous le savons, rien ne remplacera le contact direct avec les œuvres ; c’est la raison même de nos lieux. Toutefois, nous vous proposons d’expérimenter ensemble une autre approche, plus virtuelle, qui rendra la découverte physique des œuvres et des lieux qu’elles habitent, et souvent transforment en profondeur, encore plus savoureuse !

 

Pour cette première approche, nous vous proposons de découvrir l’affiche de l’exposition et dès demain une œuvre de chaque artiste.

#2

Pour ces trois expositions monographiques (étude exhaustive portant sur un sujet précis) de printemps, il sera question de cartes et de territoires ; de frontières ; de migrations, réelles ou mentales ; de déplacements.

 

D’histoire(s) et de mémoire(s).

 

Et, avant tout, de temps, notamment celui qui se concentre dans une œuvre et qu’elle restitue dans sa profondeur, en écho à nos propres souvenirs.

CATHRYN BOCH

Au terme d'une résidence de création,Cathryn Boch présentera un ensemble d’œuvres réalisées in situ. L'artiste, lauréate du prix Drawing Now 2014, travaille à partir de cartes routières, vues aériennes, relevés topographiques, qu'elle redessine et qu'elle coud. Cartes et territoires : démarcations, occupations, migrations... le corps, la frontière ; paysage organique, paysage politique.

[Expositions Printemps – Cathryn Boch]

 

Au terme d’une résidence de création au sein du Domaine de Kerguéhennec (novembre 2019 – Mars 2020), Cathryn Boch présente un ensemble d’œuvres réalisées in situ.

L’artiste travaille à partir de cartes routières, vues aériennes, relevés topographiques, qu’elle redessine et qu’elle coud.

 

Vue de l’atelier lors de la résidence de création de Cathryn Boch au Domaine de Kerguéhennec.

 

©Cathryn Boch

[Expositions Printemps – Cathryn Boch]


Le parc de Kerguéhennec vu par Cathryn Boch

 

©Cathryn Boch @instagram

ANNE-LISE BROYER

Chant de la phalène (Oraison)

Cette série de photographies (parfois augmentée de dessin à la mine graphite) rend compte d’une expérience sensible du paysage, dans la cadre d'une résidence au Domaine de Kerguéhennec.

La vie y est perçue dans ses moindres reliefs et dans son mouvement le plus infime, le plus délicat. Elle renvoie le spectateur à un réel lointain, insaisissable, respecté.

Cette oraison contient toute la beauté du monde mais aussi sa perte.

[Expositions Printemps – Anne-Lise Broyer]


Pour cette exposition de printemps, Anne-Lise Broyer nous présente une série de photographies. Certaines, retravaillées par l’artiste à la mine de plomb, rendent compte d’une expérience du paysage, vécue lors de sa résidence au Domaine de Kerguéhennec.

Retrouvez dans un premier temps des photos de son travail en atelier lors de sa résidence de création au Domaine de Kerguéhennec. (Photos issues du compte instagram d’Anne-Lise Broyer)

[Expositions Printemps – Anne-Lise Broyer]


Le parc de Kerguéhennec vu par Anne-Lise Broyer

 

Première photo : «Quand le buvard boit l’encre... »
Deuxième photo : «Les bouquets en larmes...»
Troisième photo : «Le bleu du dimanche soir»
©Anne-Lise Broyer @instagram

THOMAS DAVELUY

Les oeuvres de Thomas Daveluy s’attachent aux territoires ouverts par les nouvelles technologies et questionnent la manière dont elles réinventent nos relations avec le réel. L’artiste modélise le paysage en trois dimensions, le
découpant en tranches à la manière d’un IRM, Invité en résidence au collège Sainte-Marie de Sarzeau, à l’automne 2019, l’artiste a pu se consacrer à la poursuite de cette réflexion et achever un cycle d’oeuvres – Echo – qui sera
présenté dans un nouvel espace consacré à la valorisation des résidences en milieu scolaire.

[Expositions Printemps – Thomas Daveluy]


Thomas Daveluy explore les frontières parfois ténues qui séparent le réel et le virtuel et la manière dont les nouvelles technologies, en réinventant l’image, nous donnent un autre accès au réel.

Invité en résidence au collège Sainte-Marie de Sarzeau, à l’automne 2019, l’artiste a pu se consacrer à la poursuite de cette réflexion et achever un cycle d’oeuvres – Echo – qui est présenté dans un nouvel espace consacré à la valorisation des résidences en milieu scolaire et que vous pourrez bientôt découvrir on l’espère !

[Expositions Printemps – Thomas Daveluy]


La phase finale Echo 3 présentée pour les expositions de printemps au domaine résulte d’un travail initié en 2011 : Une première phase (Echo - 2011) a permis de mettre en place le processus de superpositions d’images. Puis une approche plus technique (Echo² - 2014) avec l’utilisation d’un logiciel de capture de mouvement. Et enfin la phase finale (Echo 3 - 2019) qui a eu pour finalité la réalisation d’un volume, la modélisation d’un couloir 3D.

Pour en savoir plus sur les différentes phases et techniques du projet, n’hésitez pas à consulter le blog de Thomas Daveluy > www.blog.thomas-daveluy.fr

Exposition à venir —

Revenir au menu

#ÉTÉ 2020

Du 28 juin au 11 octobre 2020

MARC DIDOU

Marc Didou fait de ses sculptures de véritables pièges à images qui se révèlent par le déplacement du spectateur ou l’utilisation de surfaces réfléchissantes. Par le biais de dispositifs sophistiqués d’anamorphose, l’artiste questionne les frontières entre réel et virtuel. L'exposition, conçue comme un parcours initiatique, invite les visiteurs à expérimenter, physiquement et mentalement, les phénomènes de la perception et au-delà, de notre rapport à l’image.

JULIE BONNAUD ET FABIEN LEPLAE

Performance et installation, Construire un feu // Arroser les plantes articule, au sein d’un dispositif mobilier conçu avec un designer, une pratique expérimentale de dessin, conjuguant dessin à quatre mains et dessin au traceur, et la croissance hors-sol de végétaux. L’exposition présentera les dessins résultant de ce dispositif ainsi qu’une documentation relative à sa mise en œuvre durant la résidence au Domaine de Kerguéhennec (printemps 2020).