Frédéric Messager

Frédéric Messager

Juillet, août 2019

Résider

Projeter l’atelier « hors sol », un point de chute dans l’étendue.

Traverser les espaces, mesurer les distances, éprouver le temps, attentif aux murmures des lieux, aux ombres équivoques, aux matières rencontrées.  

Percevoir par capillarité un monde déjà commencé le déplacer dans l’atelier, le cristalliser au travers de gestes et de formes pour nourrir les bords mouvants de mon travail.

Le temps se creuse par les actes :

Déployer des lignes croissantes, guider des coulures d’encre sur le papier,

froisser pour former, assembler des fragments de matériaux glanés çà et là, déchirer pour soustraire ou révéler.

Les tracés au stylo, les taches pigmentées manigancent les hasards d’un temps fondateur.

Ma cosmogonie se dessine dans des occurrences, dans des choix plastiques d’équivalences, entre maîtrise des outils et maladresse, combinaisons d’éléments graphiques habituels ou accidentels.

Mes interventions sur les surfaces affectionnent la répétition de traits, de motifs inconstants.

Les conjonctures rendent possible l’événement.

Chaque jour, mes dessins s’imaginent au loin.