PATRIMOINE > La Folie argentée, l’orfèvrerie civile du 18e siècle

Photo de pièces d'orfèvrerie sur un tissu devant le dessin de la façade du château de Kerguéhennec.
Le 26 juin 2022

 [Salles de réception du château]

En France, les pièces d’orfèvrerie des 17e et 18e siècles, sont rares car elles ont souvent été fondues lors de la Révolution pour être transformées en espèces sonnantes et trébuchantes. En Bretagne, et notamment en Morbihan, on en dénombre toutefois encore beaucoup, sauvegardées ou cachées face aux saisies révolutionnaires. Si les pièces d’orfèvrerie religieuse ont été très étudiées et valorisées, celles provenant des collections nobles et bourgeoises sont méconnues.

Commandées par les nobles, les productions civiles des ateliers d’orfèvre du Vannetais au 18e siècle ont majoritairement été conservées au sein des familles.  Grâce aux propriétaires de deux d’entre-elles et au musée de Vannes, plus de 50 pièces inédites sont présentées au public pour la première fois. Reflets des goûts artistiques et des modes du 18e siècle, ces objets de luxe étaient majoritairement destinés aux arts de la table.

Cette exposition présente des pièces inédites des maître-orfèvres vannetais tels Benjamin Roysard, Jean-Nicolas Billet, Joseph-Pierre-Marie Tiret ou François Perrigaud.

 

Une folie morbihannaise

Eté 1788. Alexandre-Louis-Auguste de Rohan-Chabot, futur septième duc de Rohan, réalise un voyage en Bretagne sur les terres de ses ancêtres. Il est accompagné par Anne Louise Élisabeth de Montmorency, qu’il a épousée en juin 1785 et qui n’est jamais venue dans cette province du royaume. Après une étape au château de Blain et avant celui de Pontivy, ce périple les conduit à Kerguéhennec. Construit par les frères Hogguer, banquiers de la Compagnie des Indes en 1710 sur les plans de l’architecte Olivier Delourme, ce domaine est acquis en 1732, par le Chevalier de Rohan, Guy-Auguste de Rohan, comte de Chabot, qui est le grand-père d’Alexandre-Louis.

Le parc remarquable de ce château, fleuri et arboré d’essences rares, est le cadre idéal pour que ce dernier réserve une surprise à sa jeune épouse.

Le futur prince de Léon fait dresser dans le parc une table fastueuse couverte d’argenteries sous une tonnelle de tissu précieux, une  folie, érigée pour sa venue à la mode de Versailles.

Défaut

Du 26 juin au 6 novembre 2022.


Accès libre et gratuit.

L'exposition est visible dans la salle à manger et le petit salon du château.

Réserver